Evaluations nationales

Mise à jour de janvier 2011: du nouveau, mais c'est pas du beau....

Evaluations CM2 2012 : la Nièvre expérimente le bachotage réglementé.

samedi 7 janvier 2012
par Moka63
popularité : 100%


Rien ne sert de courir, il faut partir à point, nous dit l’adage...

La Nièvre et la tortue..

Loin de se lamenter sur l’inadéquation démontrée des nouvelles évaluations nationales CM2, les inspecteurs nivernais ont destiné de prendre le destin de leurs écoles en main : ils préconisent clairement aux enseignants de faire bachoter leurs élèves.

En effet, la qualité de l’enseignement se mesure désormais à l’aune des résultats obtenus à ces épreuves. L’UMP prévoit d’ailleurs, dans un prochain mandat présidentiel éventuel, de publier ces résultats école par école (1). Mais en attendant ces jours heureux, les premières comparaisons associées à ces évaluations portent sur les résultats des différents départements.

Quel honneur ce serait pour la Nièvre de se trouver en tête de toutes les progressions !

Il y a pour cela un moyen simple : entraîner un peu les élèves à l’avance... Il serait toutefois périlleux et aléatoire de laisser les enseignants bricoler dans leur coin face à un enjeu aussi décisif, mieux vaut donc leur donner des consignes claires.

Voici donc le message reçu dans certaines écoles de ce département, en provenance de leur inspecteur :

La sécurisation des parcours et la poursuite des compétences acquises depuis 2008

Je vous propose de vous appuyer sur les savoir-faire que vous avez développés depuis l’avènement des évaluations CM2 en proposant à vos élèves des prétests.

En effet, placées en janvier, les évaluations CM2 permettaient de mettre en place des aides ciblées, aide personnalisée, stage de remise à niveau, différenciation pédagogique ou reprise de notions carencées pour tout le groupe classe.

Comme je l’ai évoqué à plusieurs reprises durant les réunions de directeurs ou les animations pédagogiques, certains élèves peuvent être gênés par des épreuves en temps limité, stressés par le protocole voire perturbés par des consignes différentes de celles habituellement usitées dans la classe.

Cette passation aura de plus l’avantage de préparer les élèves à ce type d’épreuves.

Janvier 2012 : passation des pré-tests qui permettront d’avoir une photographie de la classe à ce moment de l’année. Vous utiliserez les protocoles de janvier 2011.

Les résultats ne sont pas à faire remonter, mais à collecter et analyser au niveau de chaque école à partir d’un fichier Open office fourni, et à transmettre aux parents.

Suit un calendrier prévoyant :
- « Février 2012 : mise en place des différentes aides en fonction de l’analyse des résultats des évaluations CM2
- Mai 2012 : du 21 au 25 évaluations nationales CM2. Les équipes enseignantes pourront ainsi mesurer la marge de progrès depuis le mois de janvier »...

A noter que les évaluations CM2 ont été retardées cette année : histoire de se placer après les élections ?

Petite analyse de texte.

Admirez tout d’abord la limpidité du titre :

La sécurisation des parcours et la poursuite des compétences acquises depuis 2008.

Instituer des « parcours sécurisés » est un objectif d’enseignement qui peut laisser rêveur : Quel rapport peut-il bien y avoir entre cette notion de « parcours sécurisé » et la progression scolaire d’un élève, la complexité de la réflexion pédagogique ? Cette interrogation n’est pas levée par les directives qui sont données par la suite.

"La poursuite des compétences acquises depuis 2008." Sans doute ce message a-t-il été rédigé dans les remous de ces périodes festives... Mais de quelle manière doit-on poursuivre des compétences, surtout si on les a déjà acquises ?

Et de quelles compétences parle-t-on ? Celles de l’enseignant qui saura faire réussir ses élèves aux évaluations nationales, ou celles des élèves qui se sont succédés en CM2 depuis l’instauration de ces tests ?

La phrase suivante est également fort intéressante : s’"appuyer sur les savoir-faire que [l’on a] développés depuis l’avènement des évaluations CM2"...

Voici une définition du savoir-faire enseignant qu’il est peut-être urgent de réfuter absolument. Notre métier d’enseignant se voit résolument orienté vers un objectif unique, primordial et fondamental : la réussite à ces évaluations. Le savoir-faire d’un instituteur se mesure désormais par sa capacité à adapter ses élèves à ces tests. La prise en compte de la personne humaine de l’enfant qui se trouve en classe semble ici oublié.

La fin de la phrase est assénée comme un coup de gourdin : cet appui s’assurera : « en proposant [aux] élèves des prétests ».

Les aides préconisées suite à ce « prétest » s’apparentent à une vision étrange de l’enseignement : comme s’il fallait attendre la moitié de l’année pour savoir quels élèves ont besoin d’aide. Ce repérage se fait généralement bien en amont dans leur scolarité. La plupart du temps, une aide soutenue a été mise en place pour ces élèves, dans la classe et si cela a été possible, en lien avec le RASED. Quel mépris de vouloir faire croire que quelques jours de stage de remise à niveau suffiront pour résoudre les problèmes qui persistent malgré tout...

lire la suite....

 


2010

Les évaluations CM2 sont terminées. Pour tous ceux qui n'étaient pas informés ou qui n'ont pas saisi pourquoi la polémique a fait rage à ce moment-là, voici un petit diaporama récapitulatif de ces évaluations. Pout tous ceux que cela révolte, sachez que les évaluations CE1 sont sur le point de se faire, dans le même esprit. A méditer.

les évaluations CM2

 

Pour info en exclusivité, les cahiers d'évaluations CE1 que les enfants doivent remplir du 25 au 30 mai 2009. Celles-ci sont sensées être confidentielles mais tournent depuis un certain temps sur internet. Quel sérieux pour l'Education Nationale! nous vous laissons juge de leur contenu, tellement bien adapté à un enfant de CE1...l'analyse plus en profondeur des tenants et aboutissants de ces évaluations vous sera apportée par la suite par une commission d'adhérents spécialement attachée sur ce thème .

 Le cahier de l'élève :
http://www.darcos-demission.org/docs/evalCE1_eleve.pdf


Le livret de l'enseignant :
http://www.darcos-demission.org/docs/evalCE1_maitre.pdf

___________________________________________________________________________________________________________________________________

publié le 22/10/2009

« Tant que les évaluations des acquis des élèves de CE1 et CM2 n’auront pas des objectifs clairs,

elles seront problématiques ».


L’affirmation n’émane pas des organisations syndicales, mais d’un député UMP chargé pour son groupe parlementaire d’un rapport sur les évaluations qui a été remis au ministre de l’éducation, Luc Chatel. Les rapporteurs qui ont auditionné des chercheurs, des inspecteurs généraux, des experts de l’éducation mais aussi trois organisations syndicales (SNUipp, SGEN, CFTC) valident les vives critiques qui avaient été exprimées par la communauté éducative lors de la mise en oeuvre des épreuves l’an passé. Les syndicats avaient d’ailleurs évité une publication des résultats par école qui aurait entraîné un classement et une mise en concurrence de celles-ci.


Pour les rapporteurs, ces évaluations ne peuvent être à la fois bilan et diagnostiques, ni servir en même temps les enseignants, le ministère et les parents d’élèves. « Tant que ce débat ne sera pas clarifié, ça ne marchera pas » affirment-ils. Les remontrances ciblent la confusion et la contradiction des objectifs de ces évaluations, illustrées par une date de passation inadaptée pour celle de CM2, un codage binaire des items inapproprié au repérage des difficultés.


Quelle suite le ministre donnera t-il à ce rapport ? Telle est maintenant la question. Le SNUipp demande à Luc Chatel « d’agir en conséquence. Il doit ouvrir une concertation le plus rapidement possible ». Il s’agit de redéfinir les finalités de cette évaluation, son calendrier, son contenu et ses modalités de communication qui doivent garantir une totale confidentialité. Les enseignants ont besoin en priorité d’outils qui permettent une régulation efficace des apprentissages (repérage des difficultés, pistes de remédiation, outils de formation). A contrario, s’il s’agit de faire un bilan de l’école, celui-ci ne peut-être mené et analysé que par des dispositifs de recherche indépendants.