Bilan de l'aide personnalisée

Extrait d'une lettre datée du 17 juin 2009 de la psychologue scolaire Patricia Pilleul-Mary:

"Premier problème posé par l’Aide Personnalisée:

Cette réforme qui modifie en profondeur le système éducatif échappe à tous.
Monsieur Darcos, dans sa hâte de voir sa réforme mise en place très rapidement, a toutsimplement oublié de définir de manière précise l’objet Aide Personnalisée. Ce grave oubli aboutit sur le terrain à une déréglementation des pratiques pédagogiques.
En effet, chaque inspecteur se voit chargé par l’inspecteur d’académie d’assurer la mise enplace et la validation du contenu de l’Aide Personnalisée: Stratégie extraordinairement efficace pour entretenir confusion, incohérence et anarchie.
Hormis le fait qu’elle soit destinée aux enfants rencontrant des difficultés, il faut se contenter de sa définition succincte.
- L’Aide Personnalisée est une aide personnalisée ou individuelle.
- Elle se pratiquera en pédagogie différenciée ou en petit groupe.
Ceci ne concerne que la forme, mais où est la définition du fond ? On apprend à l’école primaire de bien distinguer les deux et de les travailler, Monsieur Darcos l’aurait-il oublié ? est-ce que l’aide personnalisée ne concerne que les contenus d’apprentissage ou aussi les processus d’apprentissage ? Autrement dit doit-on ne faire faire et refaire des exercices ou de travailler sur toutes les dimensions des processus d’apprentissage, la concentration, la mémoire, la logique etc… ?
Dès lors, à chacun de s’accommoder de ces « ou » et de glaner des informations plus précises.
Face à ces choix multiples, certains parleront de l’Aide Personnalisée comme « d’un enseignement supplémentaire » - « d’une aide supplémentaire » - « d’un soutien » - « d’une prévention de la difficulté » - « d’activités pédagogiques ».De ce fait, certains inspecteurs, dans le cadre des 2 heures d’Aide Personnalisée valideront desprojets strictement recentrés sur l’acquisition d’une connaissance ponctuelle. D’autres puiseront dans les matières proposées dans les programmes et accepteront, dans le cadre de l’AidePersonnalisée, des ateliers artistiques, culturels etc.
Pour couronner l’incohérence généralisée qui règne dans nos circonscriptions, un même projet pourra être validé ou refusé selon les propres valeurs de chaque inspecteur.La multiplication dans les écrits officiels des termes tels que : « On peut » - « si possible »,permet toutes les interprétations, des plus rigides aux plus fantaisistes.- Ici on admettra l’Aide Personnalisée dans le cadre d’un groupe classe, là on exigera l’Aide Personnalisée dans le cadre d’un groupe restreint.

Second problème posé par l’Aide Personnalisée

La journée s’allonge (24+2) : 4 = 6 heures ½.
Une conséquence, et non la moindre, consiste en l’allongement de la journée scolaire des enfants parmi les plus fatigables.En effet, l’article 10-1 du décret no 90-788 du 6 septembre1990 indique : les aménagements de la semaine scolaire ne peuvent avoir pour effet « d’organiser des journées scolaires dont les heures d’enseignement dépassent 6 heures », et la circulaire n° 2008-082 du 5 juin 2008 fait état de 24 heures d’enseignement obligatoires auxquelles s’ajoutent 2 heures d’enseignement facultatif. En conclusion, les 2 heures d’Aide Personnalisée font dépasser de façon illégale, les 6 heures par jour.
Pour justifier ce type d’abus, certains inspecteurs d’académie ne manquent pas d’imagination, ni de mauvaise foi. Ainsi nous pouvons relever quelques regrettables dérives. Parmi les réponses les plus époustouflantes, voire les plus farfelues rendues par des inspecteurs
d’académie et/ou des inspecteurs, citons quelques exercices de style et vilains jeux de « maux –mots ».
-
On ne rallonge pas la journée d’enseignement car les heures d’Aide Personnalisée sont des activités pédagogiques pour aider les élèves qui en ont le plus besoin.
Cela signifierait-il que les actions pédagogiques ne seraient pas de l’enseignement; Et qu’inversement, l’enseignement ne contiendrait pas des activités pédagogiques ?
- On distingue les 24 heures d’enseignement sur 4 jours et l’Aide Personnalisée qui s’y ajoute.
Mais on ne sait toujours pas en quoi consiste l’Aide Personnalisée: Peut-on faire du tricot, de la cuisine, du jardinage, réciter des extraits de la Princesse de Clèves ?
- On ne peut pas dépasser les heures car l’Aide Personnalisée est un enseignement.
Si l’enseignement facultatif ne fait pas dépasser la journée de classe, c’est que les 2 heures par semaine sont inutiles. On constate combien l’Aide Personnalisée définie ainsi, fait l’objet d’une piètre considération de la part de nos inspecteurs d’académie ou de l’éducation nationale.
- La journée d’un enfant n’est pas rallongée quand il est « pris en soutien » un jour de classe, dans la mesure ou l’Aide Personnalisée n’est pas du temps scolaire.
Un inspecteur d’académie précise, « Si les enfants sont fatigués, commencez la séance par de la relaxation » !
Il fallait oser « ainsi parler », et certains de nos supérieurs ont délibérément ou ont été contraints de s’engluer dans la mauvaise foi.

Tout cela pourrait être cocasse et faire l’objet d’une immense foire à la bêtise de l’éducation nationale, s’il ne s’agissait pas de jeunes enfants que l’on demande à l’enseignant de maltraiter.
Nous remarquerons au passage que la parole de l’enseignant est fort peu sollicitée sur ce dispositif. C’est pourtant lui, le pédagogue, avec l’équipe pédagogique et en particulier le RASED, qui ont les compétences de cerner au plus près les besoins des élèves. Et, tout pédagogue est en mesure de dénoncer toutes les failles et insuffisances de l’Aide Personnalisée. Dès lors, non seulement la parole de toute l’équipe pédagogique n’est pas écoutée , mais elle est confisquée.
Les enseignants sont mis en demeure d’appliquer la réforme sans état d’âme et sans mot dire (maudire ?)."

Si vous souhaitez consulter cette lettre dans son intégralité, téléchargez ce document:

lettre de Patricia Pilleul Mary