Animation Débat: RASED VS Aide Personnalisée 28/09/10

 

La Roche sur Foron, le 2 octobre 2010

 

Les RASED et l'aide personnalisée

Le 28 septembre 2010 - Annemasse

 Animation/débat à l'initiative de l'AREN74 (Association des Rééducateurs de l'Éducation Nationale).

 Quelques définitions:

 RASED = Réseau d'Aide Spécialisée aux Élèves en Difficulté.

Les RASED ont pour mission de fournir des aides spécialisées à des élèves en difficulté dans les classes ordinaires des écoles primaires et maternelles, à la demande des enseignants de ces classes, dans ces classes ou hors de ces classes. Ils comprennent des enseignants spécialisés chargés des aides à dominante pédagogique, les “maîtres E” (difficultés d’apprentissage), des enseignants spécialisés chargés des aides à dominante rééducative, les “maîtres G” (difficultés d’adaptation à l’école), et des psychologues scolaires.

Quelques chiffres:

 Sur 2009/2010, suppression de 29 postes sur 108 sur le département. Ceci implique 12 maîtres G, soit 1 pour chaque circonscription, soit 1 pour 5 à 6000 élèves! Sans compter l'éloignement des écoles...

 RAPPORT DE RECHERCHE - La querelle des aides à l’école

 Mené par J.J GUILLARME professeur de psychopathologie il en enseigne à l’Université Paris-Descartes (PARIS 5). Ancien attaché à l’hôpital Hérold (R. Debré) de Paris, professeur au Centre National d’études et de formation pour l’enfance inadaptée (CNEFEI) et à l’Ecole des psychologues praticiens (5ème année clinique), Inspecteur spécialisé de l’Education Nationale, il a dirigé jusqu’en 1997 la consultation pour enfants de l’IUFM de Paris et son Département de la formation spécialisée.

 

Bibliographie disponible à partir du lien:

http://www.editions-eres.com/auteurs/10354-jean-jacques-guillarme.htm

Recherche disponible à partir du lien:

http://www.editions-eres.com/pdf/Guillarme_La%20querelle%20des%20aides%20a%20l'ecole.pdf

 C'est le quotidien, la régularité de l'enfant qui va à l'école qui fait de lui un écolier. Aller à l'école, c'est changer de territoire, aller vers une nouvelle communauté culturelle.

Être écolier , c'est devenir une personnalité.

Être élève, c'est devenir une personne par : - appropriation des savoirs

- démarches cognitives * inédites

*(fonctions liées au processus d'acquisition de connaissances)

Qu'en est-il lorsqu'il n'y a pas de résonance familiale, quand il y a violence, inquiétudes économiques , une estime de soi mise à mal par l'échec, un sentiment de trahison des origines familiales, etc.

 

Face aux changements sociaux de ces dernières années, le soutien à la scolarité est d'intérêt éthique, économique et sociale. Les hautes instances telles la Cour des Comptes ou la Commission Attali prônent le développement prioritaire à donner à la scolarité, l'urgence d'investir dans l'humain et la formation pour relancer la croissance.

 

En 2008, 3 mesures contre l'échec scolaire sont mises en places:

  •  
    • 4H de moins par semaine

    • aide personnalisée aux élèves désignés par les enseignants

    • suppression d'1/3 du personnel RASED, les enseignants spécialisés restants sont rattachés aux zones prioritaires.

       

De telles mesures répondent-elles efficacement à l'échec scolaire?

 

Pour répondre à cette question, une étude objective est menée, une recherche comparative sur l'évaluation des compétences et des modifications apportées sous l'effet des interventions d'enseignants spécialisés (personnel RASED) et ordinaires (aide personnalisée).

 

3 échantillons significatifs signalés comme présentant des difficultés, de maternelles et primaires sont intégrés pour cette étude. Le 1er concerne les demandes vers une intervention maître E, le 2ème vers des demandes d'aide personnalisée, le 3ème vers des demandes d'intervention maître G.

5 champs de 5 dimensions chacun sont déterminés, impliquant 25 compétences évaluées pour chaque élève. Ces 5 champs sont le scolaire, le cognitif, le relationnel, l'implication familiale et le social.

4 indicateurs d'interprétation: la forme générale du profil, la position de chaque profil par rapport à la moyenne, l'hétérogénéité des résultats à l'intérieur de chaque champ et l'hétérogénéité par bloc de compétences 2 par 2 (scolaire/cognitif, relationnel/familial, familiale/social).

 

1er résultat surprenant, configuration identique dans les 3 groupes:

  • Il existe une différence significative entre les compétences scolaires et les autres (Conflit entre l'élève réel et l'élève idéal tel qu'il est attendu par l'environnement? Troubles relationnels?).

  • Niveau global de l'implication familiale (exemple: déficit imaginaire d'un interdit à se séparer, à penser de manière autonome? L'hyperprotection ou les phénomènes de déculturation comme un interdit de l'enfant à renoncer à sa culture d'origine).

  • Une insuffisance relative de l'ensemble des données (les mêmes populations sont orientés indifféremment vers l'une ou l'autre des formes d'aide impliquant une orientation et une évaluation insuffisantes, centrées sur les signes apparents plutôt que sur les causes? Manque de temps, de formation, de travail d'équipe...).

 

2ème résultat, l'aide personnalisée n'améliore les résultats que pour le groupe 1 sur leur compétences scolaires et pour 40%.

 

3ème résultat, l'aide spécialisée agit pour 70% des élèves des groupe 1 et 2 sur l'ensemble de leurs compétences, pour 50% du groupe 1 sur la personne globale (idem aide personnalisée) et pour 50% elle contribue à l'homogénéité.

 

L'aide personnalisée apporte une action significative pour 20% des élèves de l'échantillon si l'hétérogénéité des compétences n'est pas flagrante.

 

L'aide spécialisée apporte une action significative sur l'ensemble des compétences de l'élève.

 

Ainsi 4/5 des élèves n'auront pas bénéfice de cette aide si une continuité de restriction est apportée ce qui atteindrait les intérêts économiques et sociaux.

 

L'attitude à adopter serait de privilégier une identification rapide des inadaptations par une clinique différentielle et d'appliquer en aval une aide spécialisée afin de conduire à une stabilisation.

 

4ème résultat, insuffisance notable pour 30% du groupe 3. Instabilité, complexité, diversité des problématiques. Un des mécanismes explicatifs serait en lien avec un ou des événements de la prime enfance (rupture identitaire par exemple). Pour ce groupe il est à supposer qu'une stratégie globale et des outils nouveaux sont à envisager.

 

5ème résultat, ni l'aide spécialisée ni l'aide personnalisée ne semblent modifier l'implication familiale. Auparavant l'enfant était séparé de ses origines à son entrée à l'école, les différences sociales et familiales étaient gommées par souci d'égalité (ex: blouses). Aujourd'hui manque de travail sur liens sociaux au cœur des difficultés. La société tend vers l'individualité, vers plus de liberté au détriment de la solidarité impliquant la consommation, les services, etc.

 

Ainsi soit l'école peut être:

  • Un outil qui apprend les règles de base, une machine à transmettre. Elle complète, rattrape les manque. C'est l'école de l'économie. Elle concerne 1 élève sur 5. C'est l'école du client, négligente de toute prévention.

  • Un outil de formation à partir d'une culture globale (apportée par l'ensemble des élèves), basée sur une pédagogie de groupe solidaire. Les compétences de chacun, l'hétérogénéité sert la globalité et non penser donner un savoir global vérifié ou non individuellement.

 

En conclusion:

Il ne faut pas seulement résister mais innover et inventer, modifier notre vision influencée par les changements de la société face aux savoirs. Ceci implique l'adaptation de la pédagogie ordinaire et l'enrichissement de l'aide spécialisée dans ses missions (pôle prévention, partenariat avec les familles, renforcement du lien avec les enseignants et les AVS, ouverture des RASED au Collège, …). Le comportement est l'expression de quelque chose, il faut essayer de le comprendre avant de tenter à le réparer. Le travail sur les symptômes n'est pas suffisant.

 

Aujourd'hui nous sommes en phase de triage des cas les plus critiques.

 

Le travail de réseaux et d'équipes serait à remettre au goût du jour... encore faut-il en avoir les moyens (humains, de temps, d'argent). Il nous faut investir dans l'humain.

 

 

Des travaux de recherche sont en cours sur les nouveaux outils mais chacun collectivement peut réfléchir à cette nouvelle école à inventer, école de tous, école d'avenir et à nous de nous inscrire dans une résistance active et constructive.