Comprendre le comportement des enfants et adolescents sur Internet pour les protéger des dangers

Passionnant rapport élaboré par Fréquence Ecole.

Le rapport complet:      frequ ecole rapport_complet(1).pdf

Et un extrait:

Les jeunes rencontrés montrent tous qu’ils sont sensibilisés aux « risques » (une notion abstraite qui reste néanmoins à définir). Ainsi seuls 3,5% des jeunes interrogés affirment qu’il n’y a pas de danger sur Internet et 10,6% déclarent ne pas savoir. Dans les deux cas, il s’agit surtout des plus petits. On constate que plus ils sont jeunes, moins ils parviennent à identifier les dangers. Grâce aux entretiens, nous avons en effet remarqué que les formules sont souvent vagues : ils peinent à savoir exactement ce contre quoi il faut se prémunir.
Il est frappant de constater que plus les jeunes grandissent, plus la liste des risques liés à une navigation sur Internet s’allonge. Les années leur permettent vraisemblablement d’affiner ce qui peut être nuisible pour eux sur le Net. Il faut donc comprendre que plus les jeunes sont grands plus ils
considèrent qu’Internet recèle des dangers.
Rares sont donc les jeunes à estimer qu’ils n’encourent aucun risque sur Internet. On constate que ce sont majoritairement les plus jeunes, ceux qui n’ont encore ni véritable expérience, ni véritable connaissance du Net. Les jeunes urbains – qui on l’a vu, sont plus enthousiastes, mais aussi de plus gros usagers – estiment en plus grand nombre que l’on ne risque rien sur Internet (11,5% d’entre eux contre 5,5% des ruraux).
Ajoutons qu’à âge équivalent mais à position différente dans la fratrie, les aînés scolarisés en primaire sont plus nombreux à n’avoir jamais été sensibilisés aux risques (14,3% contre 7,9%). Ainsi, les derniers considèrent plus massivement que l’on peut risquer quelque chose sur Internet. Avoir des frères et soeurs plus grands, de même que des parents s’étant « exercés » sur eux auparavantpermet aux derniers d’être plus sensibilisés aux dangers. S’il fallait traduire ce constat en recommandation,nous dirions aux parents de ne pas attendre pour informer leur aîné(é).