La Continuité Educative

 Compte-rendu de la soirée Animation-Débat

La Continuité éducative

animée par Denise Dulliand

le 02 mars 2010

Environ 45 personnes présentes, parents et enseignants

 ICI :CONTENU THEORIQUE DE LA CONFERENCE

Bibliographie autour du thème parents/école 

Pendant 40 minutes , Denise DULLIAND, psychothérapeute et intervenante dans le cadre de l'Ecole des Parents et des Éducateurs (EPE), nous parle avec dynamisme et passion du développement de l'enfant.

Elle aborde les notions de sécurité affective, d'attachement et de cadre sécurisant comme bases essentielles pour la construction de l'enfant via l'acquisition de l'autonomie affective et la confiance en soi et envers autrui.

Elle développe avec précision et détermination l'importance des limites et du savoir vivre ensemble, en montrant comment ces questions peuvent être travaillées à l'école et à la maison.

Elle insiste sur le développement du discernement, la nécessité d'apprendre à penser et à réfléchir sur ce qu'on pense et ce que pensent les autres.

Elle apporte un éclairage sur l'indispensable complémentarité et les spécificités entre le champ familial et le champ scolaire dans ces domaines, en soulevant les risques si la rivalité s'installe au milieu de tout cela.

Cet exposé théorique est mené avec un discours accessible et très compréhensif, sans cesse illustré par des exemples pratiques concrets dans le quotidien d'une famille et le quotidien d'un enseignant avec sa classe.

Les échanges qui suivent entre l'animatrice et le public, se font très naturellement, dans le respect de chacun. De nombreux sujets sont abordés pour répondre aux questions des parents et des enseignants, concernant les enfants de la maternelle au lycée.

Au détour des explications, Denise DULLIAND parle de l'intérêt du contenu des programmes de la maternelle. Elle explique comment les activités et les ateliers proposés aident l'enfant à prendre conscience de son corps, de son être et le forment à devenir un « contenant » qui pourra donc recevoir plus tard du « contenu », à savoir : les savoirs, les connaissances. Ainsi, elle dit et argumente le risque de voir disparaître les maternelles au profit de jardins d'accueil si ces derniers se dessinent sous forme de garderie au sens propre du terme.

Elle rappelle que les mathématiques et la grammaire, entre autre, contribuent à la construction de la forme de la pensée. La conjugaison articule l'apprentissage de la relation aux autres et la place vis à vis d'autrui.

Dans toutes ces situations d'enseignements, elle pointe l'utilité de la pédagogie et elle souligne surtout la nécessité d'être formé à la psychologie de l'enfant pour mener à bien les missions d'éducation. En cela, la formation des enseignants nécessitait sans aucun doute d'être améliorée, mais en aucun cas d'être supprimée! (suppression des IUFM)

Elle apporte aussi des réponses, des réflexions et des nuances selon les âges des enfants par rapport à différents sujets tels que :

la communication parents-enfants

la place de l'enseignant vis à vis de l'enfant

les places et les spécificités de chacun

les écrans (TV, DS, Play Station...)

les « jardins secrets »

les comportements ou paroles d'opposition, d'agressivité...

 

L'intérêt porté à la prestation et aux sujets qui ont été traités, associée aux conclusions sur les notions de responsabilité et de coéducation dans la société actuelle ont amené naturellement des ouvertures et des souhaits de prolonger le travail de réflexion commencé ce soir.

 

Il est proposé à chacun de réagir à la soirée et d'émettre des souhaits pour des animations à venir via le site ( www.adeppr.org ) , ou autres moyens.

 

Merci pour cette belle soirée