quartier

Maurepas: Associer les parents à la scolarité de leurs enfants

Maurepas : Associer les parents à la scolarité de leurs enfants


publié le 23 mai 2012 - site source ici

Le projet pilote de Maurepas, à Rennes, a réussi à convaincre les parents de ce quartier populaire de franchir la porte de l’école et de discuter avec les enseignants. Il a aussi inspiré le chantier « En associant les parents, tous les enfants peuvent réussir » qui regroupe 23 projets de quartiers dans toute la France pour partager leurs expériences par l’intermédiaire des associations partenaires et lors de séminaires (voir ToutEducici).

Q : Pouvez-vous nous présenter le projet ?

Benoit Hooge : Maurepas est un quartier populaire. Nous avons choisi deux écoles primaires, Trégain où il n’y a plus de mixité sociale, et Les Gantelles où il y en a encore. Plus de 30 réunions ont été organisées pour mobiliser et informer tous les acteurs. Puis, le projet a débuté en 2007 et s’est poursuivi jusqu’en 2011. Mais bien sûr il y a des suites.

Nous avons formé des groupes de parents en nous assurant de leur mixité sociale. Nous avons regroupé volontairement les parents des deux écoles. Avec eux, nous avons organisé une dizaine de réunions par an. Nous avons également créé un groupe d’enseignants (une dizaine) qui s’est réuni quatre fois par an. Chaque fin d’année, parents et enseignants se sont réunis pour présenter leurs propositions et en discuter. Les échanges ont porté sur les modalités de communication entre parents et enseignants (langue, langage, moyens), sur le vécu des parents à l’école, sur la confiance et l’estime de soi, sur ce que les parents peuvent apporter à l’école, sur le sens du mot « réussite », sur la lisibilité de l’école et du travail dans la classe… L’objectif de ces rencontres est de parvenir à une reconnaissance mutuelle des rôles de chacun et à une compréhension des réalités de chacun pour déboucher sur des propositions communes.

Un travail a également été mené par une volontaire permanente d’ATD Quart Monde. Les enfants ont pu s’exprimer, lors d’entretiens individuels et collectifs, sur des questions comme : Est-ce que tu aimes l’école ? Comment tu te sens quand tes parents viennent à l’école ? Qu’est ce que réussir pour toi ?

Evidemment, nous avions au préalable créé un espace d’accueil pour les parents au sein des école pour leur donner envie de venir. A l’école de Trégain, ce lieu joue un rôle de sas. On peut y entrer sans passer par la cour. Ça fonctionne bien. Mais parfois, il vaut mieux le faire à côté de l’école. Les parents en ont un tel souvenir qu’ils ne sont pas capables d’y entrer. Aux Gantelles, c’est plus compliqué. Il faut traverser la cour et passer la sécurité. Nous avons également créé un poste à temps partiel, financé par la Ville, pour animer le lieu, organiser des évènements. Et nous avons pu observer peu à peu l’émergence de parents relais. Un important travail de rencontres individuelles est effectué par une volontaire permanente d’ATD Quart Monde pour faciliter l’implication des parents les plus éloignés de l’école, les mettre en confiance pour qu’ils osent venir dans l’école et aux réunions.

Q : Quelle est l’origine du projet ?

Benoit Hooge : A l’origine, c’est une directrice d’école qui a contacté ATD Quart monde pour animer le lieu d’accueil réservé aux parents et qui n’avait pas beaucoup de succès. Mais on peut remonter plus loin. En 1998, le recteur William Marois, qui est aujourd’hui recteur à l’académie de Créteil a été choqué en découvrant que les familles dont les enfants sont placés n’ont aucune information concernant leur scolarité. Nous formons alors un groupe avec ATD Quart Monde, des associations et des institutions et nous commençons à examiner leur scolarité. A l’IUFM de Bretagne, nous avons mis en place des formations sur la connaissance de ses familles en faisant intervenir des familles d’ATD Quart Monde. Ces formations ont un tel succès que nous créons un outil, « C’est même pas le même regard », avec 5 entretiens filmés, 3 parents, une institutrice et une principale du collège. Il est diffusé par le CRDP, accompagné de 12 fiches pédagogiques et 6 récits de vie.

ToutEduc : Combien étiez-vous dans l’équipe ?

Benoit Hooge : Nous étions cinq. Bruno Masurel, responsable du projet, Marie Michel, responsable du groupe des parents et moi responsable du groupe des enseignants, Yannick Merlin, responsable de la Réussite Scolaire à Rennes (Education nationale) et David Champs du groupe parents des villes éducatives (Ville). Et 6 partenaires institutionnels : ATD Quart Monde, la Ville de Rennes, l’inspection académique d’Ille-et-Vilaine, la FCPE d’Ille-et-Vilaine, l’IUFM de Bretagne et l’université de Rennes-II avec le sociologue Pierre Perier. Nous avons fait le choix d’une recherche en parallèle plutôt qu’une recherche action au sein du projet. Nous avons eu des entretiens avec lui une fois par an.

Q : Quelles ont été les retombées de l’action ?

Benoit Hooge : Chaque institution était tenue au courant des propositions et des discussions au sein des groupes et pouvait en faire son miel, que ce soit au niveau de la Ville, de l’école et de la classe. Vers la fin du projet, deux volontaires permanents d’ATD Quart monde et leurs enfants (scolarisés à l’école de Trégain) sont venus habiter le quartier pour prolonger le projet et à assurer le lien avec les familles rencontrées depuis 4 ans. Une restitution publique en janvier 2011, à l’initiative de l’Inspectrice de la circonscription, a été organisée pour les enseignants des 2 écoles en présence de parents délégués. Les 6 partenaires se sont ensuite retrouvés pour une table ronde en présence de 150 personnes. Nous attendons la publication dans quelques mois du rapport du sociologue.

Par ailleurs, quand l’IRDSU a entendu parler de notre projet, nous avons été invités en 2007 à un séminaire organisé à Lyon. L’IRDSU (réseau des professionnels du développement social urbain) a alors lancé un appel à projet parce qu’il savait que beaucoup de projets de ce type émergeaient en France et pensait qu’il pourrait être intéressant de les mettre en réseau. Etant donné que nous avions déjà bien avancé, nous avons été le projet pilote. La même méthode par groupe de pairs a été développée sur les autres projets du chantier « En associant les parents, tous les enfants peuvent réussir », qui est notamment porté par ATD Quart Monde et l’IRDSU.

Voir le film de 28mn sur le projet de Maurepasici

Commander l’outil de formation « Familles, école, grande pauvreté. Dénouer les noeuds d’incompréhension. » ici