projet éducatif

Réforme des temps scolaires: comment accepter la médiocrité de ce qui va se mettre en place?

Réforme des temps scolaires: comment accepter la médiocrité de ce qui va se mettre en place?

Sur bien des territoires, le manque d'ambition ou le manque de vision va se traduire par la mise en place d'activités à la petite semaine, voire par "pas d'activités du tout", les enfants étant condamnés à poireauter plus ou moins calmement jusqu'à la fin des heures obligatoires. C'est dramatique et peut-être même contre-productif.
Sur notre territoire, certaines communes ont accepté que la discussion soit (un peu) partagée entre différents acteurs éducatifs: enseignants, parents, associations, services de la "vis scolaire"... D'autres collectivités décident "entre élus", sur la base de pseudo-questionnaires complétés par des parents qui n'ont eu aucune information, aucun éclairage... ce qui condamne de fait la validité de ces enquêtes, sur un sujet aussi complexe.

Au total, ce qui sera mis en place risque bien d'être tout simplement minable, saucissonnant les temps de l'enfnat, multipliant les adultes "référents" sans que la concertation et le lien se fassent entre eux... Avec de surcroît le risque de faire payer les parents et de créer des inégalités supplémentaires sur une Haute-Savoie déjà très "injuste".

Il est donc obligatoire que nous, parents, enseignants, associations, obtenions que les discussions se poursuivent, dans le cadre d'un Projet Educatif de Territoire en évolution! Nous ne devons pas nous contenter de ce qui va se mettre en place à la rentrée 2014, de ce qui a été décidé par les élus, qui n'ont souvent qu'une très faible idée de ce qu'ils pourraient faire.

Notre territoire est riche, ce qui ne rend pas nécessairement intelligent ou inventif nos élus. A nous de continuer la réflexion.