politique

Relations politique - association: des précautions indispensables

Municipales à la Roche sur Foron

Préservons les associations !

A la Roche sur Foron, les grandes manœuvres ont commencé et les associations « en vue » sont inévitablement courtisées comme un vivier de personnes « intéressantes » par leurs qualités propres... et par le nombre de voix qu'elles sont sensées apporter. Cela s'est toujours fait et cela se fera encore. 1

Du coup, ce sont les opérations séduction et les opérations d'encerclement qui marquent le début d'une campagne, avec la constitution des différentes listes. Plus une association a d'audience, plus ses membres sont sollicités.

Quelques précautions me semblent indispensables pour préserver le bon fonctionnement des associations et leur « paix intérieure » :

  • Je rappelle que sauf exception, l'objet associatif est rarement le soutien à tel ou tel candidat, tel ou tel parti. L'engagement d'un adhérent et a fortiori d'un membre du Conseil d'Administration ne doit pas, ne peut pas impliquer l'association et ses membres. En d'autres termes, l'adhérent qui s'engage ne peut pas se réclamer de telle ou telle association.

  • Dans le contexte rochois particulièrement embrouillé, il n'est pas exclu que des membres d'une même association se retrouvent sur des listes concurrentes. Pour l'avenir de l'association concernée, il est alors important que ces adhérents « en campagne » sachent se respecter à l'aune de ce qu'ils ont partagé dans l'association. Comme il est important que ces adhérents se souviennent que celle-ci demeure une sorte de refuge, de lieu de retrouvailles et de confiance.

  • Enfin et on l'aura compris, les personnes courtisées par les listes « en formation » doivent s'ouvrir de leur projet politique le plus tôt possible auprès du Conseil d'Administration de l'association, pour définir et clarifier ensemble la période qui s'ouvre.

Tout cela sous-entend que l'association ait su instaurer un climat de confiance, de bienveillance et d'écoute qui rende naturels la discussion, la confidence et le partage. Ce n'est pas le cas partout.

Je crois que c'est le cas à l'ADEP2, que je préside pour l'heure et qui est depuis ses débuts une belle aventure en termes de rencontre, de tolérance et de démocratie.


François Méroth

1. Là n'est pas le problème, encore qu'on puisse questionner la part des choses entre ce qu'une personne porte comme « projet » et ce qu'elle apporte comme « poids électoral »...

2Amis et Défenseurs de l'Ecole Publique : ADEP