Marc serrand

"Je veux que mes filles fassent les études que je n'ai pas pu faire"

"Je veux que mes filles fassent les études que je n'ai pas pu faire"

 Par  (Express Yourself), publié le 

Notre contributeur Marc Serrand nous raconte comment l'envie de faire des études s'est transmise de génération en génération dans sa famille. Le tout, selon lui, reste de ne pas les enfermer dans un chemin tout tracé. 

afp.com/Joel Saget

"Je veux que mes filles fassent les études que je n'ai pas pu faire." C'est ce qu'a dit Léon, mon grand-père, en 1932 sur son lit de mort. 

Notre "projet éducatif familial" part de là. Léon est mourant. 37 ans. Une mauvaise péritonite... Sa femme est à ses côtés. L'une de leurs deux filles est ma mère. Elle a 5 ans. Marie, ma grand-mère, écoute ces paroles, qui seront les dernières de l'homme qu'elle a aimé. A l'époque, plus du tiers de la population active travaille encore dans l'agriculture. Léon et sa femme sont paysans.  

Léon n'a pas pu poursuivre ses études au-delà du certificat, ferme familiale oblige. Pourtant, ses dernières pensées vont à ses filles et à leur parcours scolaire. Ce sera le projet de toute une famille: "Je veux que mes filles fassent les études que je n'ai pas pu faire". Avec un succès remarquable. Ma mère et sa soeur seront les seules de tout le Canton à obtenir leur bac.  (lire la suite)