élèves

...En finir avec l'orientation imposée aux élèves

Une vraie révolution: la Cour des Comptes propose d’en finir avec l’orientation imposée aux élèves

Source: Blog Peut mieux faire, par Maryline Baumard

Est-il normal que l’école décide contre les choix d'un élève? Est-il logique que les enseignants désignent qui fera de la chaudronnerie ou de la mécanique, qui ira en formation industrielle, ou en section économique ? La grande concertation estivale, réunie pour préparer la Refondation de l’école avait ouvert ce débat, proposant dans son rapport final, en octobre, que les parents aient le dernier mot dans le choix de l’orientation de leur enfant. Dossier vite refermé puisque le ministre n’a pas retenu la proposition. 

Mercredi 12 décembre, l’idée a ressurgi. Elle a été formulée devant la commission des affaires culturelle de l’Assemblée nationale. L’auteur de la proposition s’appelle Patrick Lefas et préside la 3ème chambre de la Cour des comptes. Mercredi, il présentait aux députés une enquête intitulée  « l’orientation à la fin du collège : la diversité des destins scolaires selon les académies ».

Son travail se termine par 14 recommandations dont la plus emblématique et la plus révolutionnaire, la 1ère , propose de  « donner aux familles le droit de décision finale sur la voie d’orientation, l’affectation dans un établissement public restant de la compétence de l’administration ».

Cette recommandation arrive à l’issue d’un constat accablant sur notre système d’orientation.  « La procédure  d’orientation est incapable de répondre aux objectifs ambitieux de formation d’une classe d’âge (…) L’orientation reste vécue comme la sanction d’un parcours scolaire : elle sert surtout à discriminer entre bons élèves envoyés dans la filière générale et mauvais élèves. Or dans les textes l’orientation est la construction d’un parcours de formation choisi par l’élève et non la résultante de ses difficultés scolaires que le système éducatif n’a pas été en mesure de résoudre » a expliqué le magistrat devant un parterre conquis par l’analyse.  

La Cour a mis là le doigt sur un débat qui a du mal à émerger pour une raison simple : les victimes de l’orientation scolaire ne sont pas ceux qui ont le pouvoir, savent se faire entendre, mais les moins bien informés et les moins à l’aise face à l’institution scolaire.

 Antoine Prost, l’historien de l’école s'érigeait déjà contre ce tabou du système dans Son Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation, en 2004. « Oui ou non l’Etat a-t-il le droit d’imposer à chaque enfant une orientation scolaire, c'est-à-dire celui de lui interdire toute étude autre que celle qu’il lui assigne ? Si l’on veut que le mérite scolaire décide des places sociales, il faut répondre oui ; Or cette réponse n’a jamais été assumée politiquement, car la majorité des Français y étaient hostiles, à commencer par les enseignants qui l’auraient admise pour les enfants des autres mais non pour les leurs. Le résultat fut donc un compromis honteux. Le système public fonctionne comme s’il avait ce droit, et il en use largement envers les humbles. » En fait, le sujet n’a jamais été débattu. Il s’est imposé sournoisement dans le système entre 1973 et 1976.

Le rapport de la Cour, incessamment mis en ligne sera peut-être l’occasion de ce débat.

Mais ce n'est pas tout! Les magistrats de la rue Cambon proposent aussi de décaler l’orientation de la fin du collège à la fin de la classe de seconde. Ce qui a fait réagir certains élus de droite comme Patrick Hetzel, député UMP, qui estime que cette orientation retardée peut même être cause de « démotivation ». En revanche, la proposition a plutôt reçu l’assentiment des députés de gauche présents mercredi.

Il est intéressant de noter que la Cour des comptes devient depuis quelques années un acteur essentiel dans l’évaluation de l’école française. Ses magistrats s’autorisent une liberté de pensée qui leur permet de mettre en avant des conclusions que d’autres instances n’auraient pas osé avancer. Voire même oser imaginer. 

Maryline Baumard