concurrence

Ils cassent l'école en petits morceaux

Les professeurs s’adressent aux parents, aux élèves, à leurs collègues et à tous les citoyens :


L’école est menacée, les enfants et les jeunes sont en danger

 

- 6 février 2012 -


Depuis des années et des années, une campagne de dénigrement des enseignants et de l’École est menée à grande échelle sous de multiples formes. Insidieuse ou brutale, elle est alimentée par des gouvernants et des responsables de l’Éducation nationale successifs qui essaient de répandre l’idée que les professeurs seraient « absentéistes », « conservateurs », « corporatistes » et, d’une façon générale, hostiles à tout changement.

Cette avalanche ne vise qu’à couvrir une très grave dégradation de l’école qui met en danger l’avenir de la jeune génération, en particulier celle des milieux populaires.


Sous couvert « d’autonomie des établissements », on organise la concurrence entre collèges et entre lycées que l’on voudrait assujettis à des principaux ou proviseurs transformés en « patrons d’entreprises ». Un projet de décret de novembre 2011 prévoit même la suppression de toute évaluation pédagogique indépendante des professeurs dont la compétence serait soumise à la seule appréciation d’un chef d’établissement ignorant tout du contenu de la plupart des disciplines, de la façon de les enseigner et, pour certains, n’ayant jamais fait classe de leur vie.


Parallèlement, la carte scolaire qui imposait un certain mélange des élèves d’origines sociales différentes dans les zones urbaines a été démantelée au nom de la « liberté de choix ». Le résultat est un véritable « sauve-qui-peut » hors des établissements réputés difficiles où se retrouvent concentrés des jeunes des familles populaires avec des taux d’échecs parfois très élevés.


Dans le même temps, les jeunes professeurs sont jetés sans aucune formation pédagogique réelle devant ces classes, partageant souvent leur emploi du temps entre plusieurs établissements et changeant d’affectation chaque année. La perspective qui leur est ouverte, comme à tous leurs collègues, est celle d’un métier qui en dépit de l’augmentation des salaires des débutants est de plus en plus mal payé.


Enfin, des discours insistants préconisent une plus grande présence des enseignants dans les établissements, ceux qui les tiennent feignant d’ignorer qu’une heure de cours pour être efficace exige une préparation sérieuse et un suivi personnalisé afin de vérifier la solidité des acquis. Tout se passe comme si ces « responsables » se moquaient de la qualité du travail fait, des apprentissages réels des élèves et étaient prêts à transformer durablement l’École en simple garderie. L’École est une institution de la République : l’État ayant le devoir constitutionnel d’assurer l’égalité des citoyens devant l’instruction, la politique éducative de la nation ne saurait être déléguée à l’initiative locale, les horaires, les programmes, le recrutement et l’évaluation des professeurs doivent être les mêmes sur tout le territoire.


On ne saurait reprocher aux enseignants de lutter pour le maintien de ces exigences. Ils veulent que le métier d’enseigner puisse être bien fait et que tous les élèves puissent apprendre dans les meilleures conditions, surtout ceux qui en ont le plus besoin. Soucieux de l’avenir des jeunes sur le plan personnel, civique et professionnel, ils ne se résignent ni à leur appauvrissement culturel ni à leur sortie de l’institution sans qualification ni diplôme.


Les professeurs doivent être écoutés et entendus car ce sont eux qui connaissent le mieux leur métier. Nos associations, membres de la Conférence des Présidents d’Associations de Professeurs Spécialistes, appellent les professeurs à témoigner de la réalité de ce qui se passe dans les établissements et s’engagent à faire connaître ces témoignages à tous.


Elles invitent les parents, les élèves et les citoyens à prendre connaissance de la situation réelle de l’école. Aux uns et aux autres, elles proposent d’engager le nécessaire dialogue pour sauver la jeune génération en construisant une école qui permette à tous d’apprendre et de trouver une place digne dans la société.


Témoignez, écrivez nous, informez-vous.


Pour tout contact : Secrétaire Général Philippe Blanc

 

ANPBSE


>

 :

Association Nationale des Professeurs de Biotechnologies Santé Environnement

APAP


>

 :

Association des Professeurs d’Arts Plastiques

APEG


>

 :

Association des Professeurs d’Economie Gestion

APEMU


>

 :

Association des Professeurs d’Education Musicale

APMEP


>

 :

Association des Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Public

APFLA-CPL


>

 :

Association des Professeurs de Français et Langues Anciennes en Classes Préparatoires Littéraires

APHG


>

 :

Association des Professeurs d’Histoire Géographie

APL


>

 :

Association des Professeurs de Lettres

APPEP


>

 :

Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement Public

APSMS


>

 :

Association des Professeurs de Sciences Médico-Sociales

APV


>

 :

Association des Professeurs de Vente

APLV


>

 :

Association des professeurs de langues vivantes

CNARELA


>

 :

Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes

SLNL


>

 :

Société des Langues Néo-Latines

UPBM


>

 :

Union des Professeurs de Physiologie, Biochimie et Microbiologie

 

__._,_.___