De « SOS éducation » à « SOS érection » ?