Compte rendu de la soirée débat du "Repaire" sur les luttes autour de l'Ecole public

 

 Mercredi 3 juin, à Meythet, nous avons participé à un débat sur l'école publique, le tout dans le cadre des « Repaires », café-discussion et d'échange dont l'idée a été lancée par Daniel Mermet, animateur radio de l'émission pas assez connue « Là-bas, si j'y suis » sur France Inter.

 Enseignants, chercheurs, parents d'élèves étaient présents. Les présentations expliquaient très bien à quel point les différentes réformes ou restrictions de moyens s'inscrivent dans une logique bien cadrée, bien préparée de mise en concurrence des services publics. On va très certainement vers le développement d'écoles primaires privées, de collèges privés, de lycées privés, le tout placé dans l'orientation prise tous domaines confondus par les directives de l'union européenne...

  Dans les collèges et les lycées, les programmes sont recentrés sur une logique « professionnalisante», sacrifiant culture fondamentale et ouverture intellectuelle. Sans parler des purs calculs d'économies budgétaires, l'idée sous- jacente est de former pour un emploi à la sortie des études, à court terme. Une scolarité axée « mon premier boulot », en quelque sorte ! Et c'est sur ses fonds propres et s'il en a le temps et la lucidité que l'adulte se formera plus complètement afin d'assurer son évolution professionnelle.

 Les enseignants chercheurs et les chercheurs eux-mêmes vivent la même évolution « utilitariste » de leur métier et de leurs conditions de travail. S'éloignent le monde de la réflexion pure, des spéculations intellectuelles, de ce beau questionnement qui a tant fait la caractéristique de l'homme. On quitte le « comment ça fonctionne » et le « comment en est-on arrivé là » pour le « à quoi ça peut servir » et le « dans combien de temps cela peut-il rapporter quelque chose »...