Assises de la pédagogie organisées par le CRAP Cahiers-pédagogiques

Nous y serons représentés. Ce sera l'occasion de participer un peu à l'élaboration d'une sorte de "cahier des charges" pour les pésidentielles - partie éducation

Lundi 24 octobre, de 9h30 à 19h - Mardi 25 octobre, de 9h30 à 12h

Mettre les questions éducatives et pédagogiques au premier plan de l’actualité politique : après de premières assises en 2007 intitulées « Résister et proposer », puis une deuxième édition en 2009, « Changer l’école, avec les enseignants », le CRAP-Cahiers pédagogiques vous invite à un nouveau temps fort des débats autour de l’école : deux jours d’échanges à Paris les 24 et 25 octobre 2011.

Avec la participation de Marie-Christine Blandin, Thierry Cadart, Annie Di Martino, Hélène Eveleigh, Roger-François Gauthier, Bernadette Groison, Bruno Julliard, Claude Lelièvre, Françoise Lorcerie, Jean-Pierre Obin, André Ouzoulias, Bruno Suchaut.

En partenariat avec l’AFEV et Éducation & Devenir

Des tables rondes :

La réussite de tous : par le socle commun ?

Tout le monde est d’accord : l’école doit permettre la réussite de tous les élèves, construire une culture commune. Mais comment ne pas en rester à des slogans ?
Comment assurer à tous ce « minimum » que nul n’est censé ignorer au sortir de l’école obligatoire, mais aussi diversifier les formes de réussite ? Que transmettre à l’école pour garantir à chacun la possibilité de s’insérer dans la société des adultes, de continuer à apprendre et à se former ?
Comment éviter les dérives et les pièges ? La « diversité des talents, des intelligences » comme prétexte à une école à filières, aux relégations précoces vers des voies professionnelles déconsidérées ; « l’excellence pour tous » pour justifier des programmes trop ambitieux, un unique modèle de réussite académique... Comment tenir effectivement exigence et progrès de tous ?
Et quelle traduction concrète dans le fonctionnement du système éducatif, y compris dans les formes d’évaluation ?

Nouvelle école, nouveau métier ?

La réforme de la formation initiale, ou plutôt sa disparition, est dramatique pour les conditions d’exercice des nouveaux enseignants et par voie de conséquence pour leurs élèves, mais également par la représentation du métier qu’elle véhicule : la maitrise des savoirs universitaires et un brin expérience de terrain suffirait.
Tout montre pourtant la complexité grandissante du métier, du fait, entre autres, des évolutions sociologiques des familles, des fortes attentes vis-à-vis de l’école, de la généralisation des technologies numériques. Quelles missions, quelles compétences, quelle déontologie pour les enseignants ? Quelle stratégie volontariste et pragmatique de changement ?

Plus d’autonomie et d’ouverture : plus de justice et d’efficacité ?

L’autonomie des établissements et de l’ouverture de l’école seront sans doute des thèmes majeurs des débats sur l’éducation durant la campagne des présidentielles. On peut y voir des menaces pour le service public, pour l’école républicaine, ou encore la porte ouverte à la déréglementation, à la concurrence entre établissements, aux pressions commerciales des entreprises. Reste qu’il est indispensable de réfléchir à un fonctionnement différent des établissements, à leurs relations avec les différentes autorités compétentes.
A quelles conditions l’autonomie des équipes pédagogiques, la décentralisation, l’ouverture culturelle et sociale, les partenariats peuvent-ils constituer des points d’appui pour une transformation démocratique de l’école ?
Des ateliers

Comment intervenir dans les médias sur les questions scolaires ?
Comment développer le travail collectif à l’école, côté élèves, côté professeurs ?
Comment prendre en compte les nouvelles technologies, sans diabolisation, sans mythification ?
Les missions éducatives de l’école : instruire, éduquer, socialiser ?
Comment développer le partenariat avec les parents ?
Comment reconstruire la formation initiale et continue des personnels de l’Éducation nationale ?
Comment développer des alternatives à l’évaluation traditionnelle dans le cadre d’un travail par compétences ?
Quelles politiques en direction des élèves de milieu populaire ?
Comment travailler avec l’environnement social et culturel de l’établissement ?
Quelles relations développer avec les collectivités territoriales ?
Comment modifier les rythmes scolaires ?
Quelles relations avec le monde professionnel ?