ACTUALITES DE L'ADEP

Venez rendre visite à notre rubrique créée pour réfléchir et partager les événements récents: 

  • Enjeux de genre...  ici

galets.png

Ce que nous sommes, ce que nous tentons de faire...

L'ADEP est née en 2008-2009, dans un contexte qui nous semblait particulièrement hostile à l'école publique telle que nous l'imaginons et la rêvons.

  • Dès l'origine, nous avons souhaité regrouper parents, enseignants, amis de l'école comme les DDEN. L'idée est de croiser les regards, de créer une relation de confiance et de bienveillance.
  • Une seconde idée force est de mettre la question éducative au coeur de la place publique, devant les écoles, sur la place de la mairie... Rencontres, distributions de bulletins, cafés-discussions...
  • Une troisième idée est de nourrir les engagements et les réflexions locales d'éclairages plus généraux, avec la participation à des colloques et la venue de sociologues, de pédagogues...

Alors quelle école rêvons-nous ?

Nous ne défendons pas "n'importe quelle école publique"! L'école que nous avons envie de voir exister ou émerger est une école de l'émancipation, école démocratique, ouverte et innovante.

De fait, ce que nous combattons est le modèle de la compétition et de la comparaison permanente, le modèle de l'entre-soi...

Soutenez-nous :

L'ADEP: une expérience différente?

Il est passionnant de voir évoluer les personnes qui adhèrent à l'ADEP et plus particulièrement celles qui sont au Conseil d'Administration: on voit les gens prendre de l'ampleur, de la hauteur de vue, "grandir" et tracer leur voie au coeur d'un projet qui ne cesse d'être enrichi.

 

 

 

Fête de l'ADEP 2015 

 

Faite par les enfants

 

Créer pour apprendre

 

La Fête de l'ADEP 2015 aura lieu le 13 juin 2015.

Les informations sont ici, (cliquez-moi ;) 

 

Copieaffichemanuellev0

Nota bene : le 6 mai nous serons présents devant la Mairie lors du vide-grenier de la ville...

Pour s'inscrire c'est là (cliquez-moi ;):


 galets.png

Une école privée Montessori en pays rochois ?

Voir le petit billet de blog ici...

 galets.png

RASED : il faut relancer la dynamique, et le ministère doit en faire une priorité, demande le collectif.

 Sur les 5 041 postes perdus au cours de la précédente mandature, les RASED (réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) n'en auront retrouvé que 203 à la prochaine rentrée, et le collectif qui s'était constitué en 2008 tire à nouveau la sonnette d'alarme. Il l'a dit devant la presse ce 26 janvier. Pour sa part, le cabinet de la ministre de l'Education nationale aurait accepté la constitution d'un "groupe de suivi" de l'application de la circulaire parue au mois d'août 2014 (ici).

Suite de l'article: 

http://www.touteduc.fr/fr/scolaire/id-10383-rased-il-faut-relancer-la-dynamique-et-le-ministere-doit-en-faire-une-priorite-demande-le-collectif

 

galets.png 

Pierre Frackowiak

 

Et après ?

Va-t-on enfin écouter les pédagogues ?

Après les évènements dramatiques de ces derniers jours et l’extraordinaire réaction de millions de citoyens dans notre pays et au-delà, après les hommages rendus aux victimes et aux services de sécurité, à l’Etat, après les moments d’intense émotion vécue dans la rue, dans les écoles, dans les familles, il était prévisible et normal que l’Ecole soit interpellée, comme elle a pu l’être dans tous les grands moments de l’histoire de la Nation et des idées.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Au lendemain des grandes manifestations à Paris et dans la France entière, au cours desquels les clivages, les tensions, les conflits, la politique politicienne se sont effacés au profit du respect et d’un consensus moins mou que d’ordinaire, les problèmes surgissent à nouveau, avec leur lot de déclarations classiques : appels au droit à l’expression des élèves et des parents, rappel de l’importance des valeurs fondamentales de la République, évocation de la nécessité de l’apprentissage du vivre-ensemble. On entend à nouveau les slogans de 1968 que certains avaient oublié : faire des écoles des lieux de vie, ouvrir l’école, former les citoyens de demain, apprendre à apprendre, apprendre à s’exprimer et à penser, former l’esprit critique…

 L'intégralité du texte ci- dessous:

Fracko janvier 2015Fracko janvier 2015 (97.04 Ko)

  

 

A propos de Charlie-Hebdo
Une magnifique lettre de trois professeurs de Seine Saint-Denis

Nous sommes professeurs en Seine-Saint-Denis. Intellectuels, savants,
adultes, libertaires, nous avons appris à nous passer de Dieu et à
détester le pouvoir et sa jouissance perverse. Nous n’avons pas
d’autre maître que le savoir. Ce discours nous rassure, du fait de
sa cohérence supposée rationnelle, et notre statut social le
légitime. Ceux de Charlie Hebdo nous faisaient rire ; nous
partagions leurs valeurs. En cela, cet attentat nous prend pour cible.
Même si aucun d’entre nous n’a jamais eu le courage de tant
d’insolence, nous sommes meurtris. Nous sommes Charlie pour cela.

Mais faisons l’effort d’un changement de point de vue, et tâchons
de nous regarder comme nos élèves nous voient. Nous sommes bien
habillés, bien coiffés, confortablement chaussés, ou alors très
évidemment au-delà de ces contingences matérielles qui font que
nous ne bavons pas d’envie sur les objets de consommation qui font
rêver nos élèves : si nous ne les possédons pas, c’est
peut-être aussi parce que nous aurions les moyens de les posséder.
Nous partons en vacances, nous vivons au milieu des livres, nous
fréquentons des gens courtois et raffinés, élégants et cultivés.
Nous considérons comme acquis que La Liberté guidant le peuple et
Candide font partie du patrimoine de l’humanité. On nous dira que
l’universel est de droit et non de fait, et que de nombreux
habitants de cette planète ne connaissent pas Voltaire ? Quelle
bande d’ignares… Il est temps qu’ils entrent dans
l’Histoire : le discours de Dakar leur a déjà expliqué. Quant à
ceux qui viennent d’ailleurs et vivent parmi nous, qu’ils se
taisent et obtempèrent.

Si les crimes perpétrés par ces assassins sont odieux, ce qui est
terrible, c’est qu’ils parlent français, avec l’accent des
jeunes de banlieue. Ces deux assassins sont comme nos élèves. Le
traumatisme, pour nous, c’est aussi d’entendre cette voix, cet
accent, ces mots. Voilà ce qui nous a fait nous sentir responsables.
Evidemment, pas nous, personnellement : voilà ce que diront nos amis
qui admirent notre engagement quotidien. Mais que personne, ici, ne
vienne nous dire qu’avec tout ce que nous faisons, nous sommes
dédouanés de cette responsabilité. Nous, c’est-à-dire les
fonctionnaires d’un Etat défaillant, nous, les professeurs d’une
école qui a laissé ces deux-là et tant d’autres sur le bord du
chemin des valeurs républicaines, nous, citoyens français qui
passons notre temps à nous plaindre de l’augmentation des impôts,
nous contribuables qui profitons des niches fiscales quand nous le
pouvons, nous qui avons laissé l’individu l’emporter sur le
collectif, nous qui ne faisons pas de politique ou raillons ceux qui
en font, etc. : nous sommes responsables de cette situation.

Ceux de Charlie Hebdo étaient nos frères : nous les pleurons comme
tels. Leurs assassins étaient orphelins, placés en foyer : pupilles
de la nation, enfants de France. Nos enfants ont donc tué nos
frères. Tragédie. Dans quelque culture que ce soit, cela provoque ce
sentiment qui n’est jamais évoqué depuis quelques jours : la
honte.

Alors, nous disons notre honte. Honte et colère : voilà une
situation psychologique bien plus inconfortable que chagrin et
colère. Si on a du chagrin et de la colère, on peut accuser les
autres. Mais comment faire quand on a honte et qu’on est en colère
contre les assassins, mais aussi contre soi ?

Personne, dans les médias, ne dit cette honte. Personne ne semble
vouloir en assumer la responsabilité. Celle d’un Etat qui laisse
des imbéciles et des psychotiques croupir en prison et devenir le
jouet des pervers manipulateurs, celle d’une école qu’on prive de
moyens et de soutien, celle d’une politique de la ville qui parque
les esclaves (sans papiers, sans carte d’électeur, sans nom, sans
dents) dans des cloaques de banlieue. Celle d’une classe politique
qui n’a pas compris que la vertu ne s’enseigne que par
l’exemple.

Intellectuels, penseurs, universitaires, artistes, journalistes :
nous avons vu mourir des hommes qui étaient des nôtres. Ceux qui les
ont tués sont enfants de France. Alors, ouvrons les yeux sur la
situation, pour comprendre comment on en arrive là, pour agir et
construire une société laïque et cultivée, plus juste, plus libre,
plus égale, plus fraternelle.

« Nous sommes Charlie », peut-on porter au revers. Mais
s’affirmer dans la solidarité avec les victimes ne nous exemptera
pas de la responsabilité collective de ce meurtre. Nous sommes aussi
les parents de trois assassins.

Catherine Robert, Isabelle Richer, Valérie Louys et Damien Boussard

 

Et bien voilà, c'est reparti... Rude époque. Epoque où chacun se met à défendre son territoire, sa place. Pourtant, c'est toujours l'autre qui nous enrichit, nous nourrit. D'où qu'on le prenne, de quelque façon qu'on le pense, c'est toujours le collectif qui invente et nous bouge, nous bouleverse, nous déplace et nous fait grandir...

L'enseignant - et la classe - l'éducateur/trice joue/nt ce rôle pour notre enfant : regard externe, interactions, refus, discussions, limites, perspectives...

L'ami, le parent des copains de notre enfant, le voisin, l'étranger, celui qui n'est pas nous : tous ceux-là poursuivent ce travail d'ouverture...

Accompagner un enfant, c'est ouvrir la main et laisser l'enfant, (notre enfant), partir sur son petit bonhomme de chemin !
Si l'Etat perd peu à peu son aura, ses prérogatives, sa place,  alors rien ne garantit la pérennité des services publics. Pour faire face au grand désert de la compétition, de la privatisation et de la concurrence, des associations comme l'Adep ont leur rôle à jouer. Nous continuerons de tracer une voie, à notre petite échelle. Ce n'est pas anodin, savez-vous, ce que vous faites, vous toutes/tous, à croire à l'enfant, à l'éducation, au collectif...

Bonne année à tous. Que 2015 soit une année riche et vivifiante pour vous, parents,enfants, enseignant/es, militant/es.

Le Conseil d'Administration

 

 

 

L'ADEP

présente

 Rempart contre les idées reçues


 Mixité n'est pas joué !

 

 

 

De janvier à juin 2015, l'ADEP

se

positionne comme organisatrice

et

animatrice d'un projet de

terrain.


L'objectif est d'amener un maximum d'enfants, de jeunes et d'adultes à se questionner et à apprendre à rencontrer l’autre dans son individualité, sa singularité, son altérité au-delà de « son appartenance de sexe ».
Nous cherchons des partenaires souhaitant s'investir dans le projet.
Différentes modalités de participation seront envisagées pour les jeunes. Et nous proposerons une formation aux adultes participants (ateliers ADEP).
Vous êtes éducateur (enseignant, parent, etc) et souhaitez co-animer l'évènement ou faire participer vos jeunes ou vos élèves ? 
N'hésitez pas à venir nous rencontrer lundi 15 décembre 2014 à partir de 19h45... Merci de nous informer de votre présence par retour de mail. Nous vous préciserons le lieu de rencontre ultérieurement. En cas d'impossibilité le 15/12/14, vous pouvez aussi nous contacter par mail afin d'obtenir certaines précisions.
adeppr74@gmail.com - 06 52 19 25 24

 

 

 

 

Evaluation, notes à l'école, comment ça marche?

Mardi 2 décembre à 20h

Copie affiche evaluations 1

20141202 060057 

 

«On doit à J.J. Bonniol (1976, 1984) d’avoir dénoncé le mythe de la vraie note. En effet, en dépit de leur calcul, parmi les 78 correcteurs de français, 55% de ces évaluateurs se situent en dehors des limites statistiques de confiance, à la place des 5% prévus; les divergences constatées dépassent systématiquement et largement celles dues au hasard. Les calculs ainsi proposés par J.J. Bonniol montrent qu’il faudrait multiplier par 6 le nombre de correcteurs proposé par Laugier et Weinberg. Ce qui donnerait 78 correcteurs en mathématiques et 762 en philosophie !» (R. Amigues, M.T. Zerbato-Poulos, 1996, p. 135) 

20141206 082608 

galets.png

 

L’école et les quartiers populaires : Pour une autre vision des populations reléguées.  

 

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/11/03112014Article635505983218597205.aspx

 

galets.png

 

Vidéos de la conférence Y. Raibaud / S. Ayral

 

 http://www.dailymotion.com/playlist/x3f98b_ADEPPR74_filles-garcons-raibaud-loisirs-sport-culture/1#video=x27dym6

 


galets.png001

galets.png

 

Ci -dessous, article du dauphiné libéré ( 25/09/2014 ).

Assemblée générale de l'Adep.

 

 

Article DL Assemblée Générale 2014galets.png

 


Les enjeux de la rentrée - Le Messager du 28 août 2014

Adep messager rentree scolaire 2014 20140828

 

La démarche "projet d'établissement" selon Alain Bollon : ICIgalets.png "Dans cette perspective, il me paraît important de réfléchir à ce que peut signifier conceptuellement puis concrètement, éduquer à la diversité de sexe. A mon sens, cette expression peut s’entendre comme : rencontrer l’autre dans son individualité, sa singularité, son altérité au-delà de « son appartenance de sexe» déclinée par l’Etat Civil. Rencontrer l’autre dans son altérité, c’est faire preuve de reconnaissance et de compréhension à l’égard d’autrui comme autre, concernant les particularités de chacun et chacun."

"Remparts des idées reçues sur les filles et les garçons", Cendrine Marro

Sur le même thème, Isabelle Collet Présidente de l’ARGEF.(Association de Recherche sur le Genre en Éducation et Formation).

 http://argef.hypotheses.org/

 Et pour l'écouter : https://mediaserver.unige.ch/play/80393 (attendre un peu le lancement du son) et ici encore, sur le rire et l'humour en classe, (et le genre!) https://mediaserver.unige.ch/play/84881

galets.png

Comme un peu partout en France, les écoles privées des Pays de Savoie transforment la réforme des temps scolaires en "niche commerciale"... et font le plein d'inscriptions pour la rentrée.

Intervention de l'Adep sur France bleu:

http://www.francebleu.fr/societe/les-ecoles-privees-des-pays-de-savoie-font-le-plein-d-inscriptions-pour-la-rentree-1642197

 

ht

 galets.png

 

UNIVERSITE D’ETE PRISME /​ FGPEP les 1er et 2 juillet 2014 à CRETEIL.

 

 "Comment préparer les Projets Educatifs et Sociaux des Territoires dans une démarche de projet collaborative (parents, enfants, élus, enseignants, responsables associatifs) afin de favoriser une dynamique éducative et citoyenne et de faire émerger les initiatives solidaires et sociales sur un territoire ?"

 

http://www.prisme-asso.org/spip.php?article8473

 

Participation de l'Adep le 2 juillet, programme ci- dessous:

 

Programme uni d ete prisme 1 (182.99 Ko)

 

galets.png

 

 

 

Fin d'année

Belle période que cette fin d'année ? Difficile à dire... Les troupes sont parfois un peu moroses : La "réforme" des temps scolaires" est passée par là! On assiste au recul possible du ministère devant les illuminés de la "journée de retrait de l'école", alors même que nous sommes convaincus de l'importance de travailler dès l'enfance sur les questions du genre, (voir La roche sur foron ayral 23 24 mai 2014La roche sur foron ayral 23 24 mai 2014 (1.9 Mo)) ...

Il n'empêche ! Que l'été soit beau pour vous.. Lisez, ne faites rien, promenez-vous... Découvrez d'autres terres, ou alors relisez la vôtre avec un oeil neuf!

Et à tout bientôt.

galets.png

 

Fête de l'ADEP 2014 "Echecs et réussites"

Quelle bête édition, et que de bonnes surprises! Une vraie cohérence dans la programmation, des apports originaux et décalés, (Ah la "Fabrique des garçons!"...) et un beau succès pour le spectacle "Rêve de sable"... 

Pascal bouchard Cartons3 Fabrique des gar ons Atd quart monde Cartons1

Très juste analyse de Touteduc ici . Notons en particulier ces extraits :

(...) Et c'est ainsi que des enseignants, des parents, des psychologues, et d'autres personnes qui ont pour seule qualité de s'intéresser aux questions d'éducation, au sens large, peuvent réfléchir ensemble sans que les uns se sentent instrumentalisés par les autres. Cette association constitue un espace privilégié où une petite partie de la société civile tente de poser les bases d'un dialogue avec son Ecole et avec les instances administratives et politiques, qui l'organisent. Indépendamment des PEL (projets éducatifs locaux), des PRE (programmes de réussite éducative) ou des PEDT, et indépendamment des relations institutionnelles avec les élus nationaux et territoriaux, le système scolaire a besoin d'interlocuteurs qui, sans empiéter sur son territoire, sans vouloir imposer aux enseignants leurs pratiques, l'accompagnent dans ses mutations et contribuent à recréer du collectif, comme aux temps qu'évoque Gérard Mordillat, où les acteurs sociaux et l'Ecole allaient dans le même sens. C'est ce dont l'ADEP permet de rêver, et c'est ce qui expliquerait son audience, même si elle est toute relative.

La suite sur le site remarquable de Touteduc... Abonnez-vous !


Remarquable intervention de Sylvie Ayral au sujet de son livre,

" La fabrique des garçons".(Presses Universitaires de France. Prix « Le Monde de la recherche Universitaire ».)

 

Présentation du travail de Sylvie Ayral ci- dessous: " La fabrique des garçons":

La roche sur foron ayral 23 24 mai 2014La roche sur foron ayral 23 24 mai 2014 (1.9 Mo)

 

galets.png

Décrochage : L'impact de la parole avec les parents.

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/03/03032014Article635294295209914566.aspx

 galets.png

Rémi Brissiaud : Programmes : Organiser le débat .

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/03/03032014Article635294295203205061.aspx

 

 

galets.png

Anne Querrien à l'ADEP, le 20 décembre 2013

Dsc00415

Retrouvez ici la présentation et les vidéos de la soi

galets.png

PAS DE REMPLACANT ?

L'enseignant de la classe de votre enfant est absent et il n'y a pas de remplaçant ?

 Il faut savoir que l'organisation des remplacements est faite à l'Inspection Académique,
à Annecy.

Appelez le service pour signaler votre mécontentement

et votre souhait de disposer d'un remplaçant:

04 50 88 41 60 ou 04 50 88 45 59

 

92 enseignants supplémentaires pour la rentrée 2014 en Haute-Savoie.

 

Article du Dauphiné Libéré ci -dessous:

http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/01/23/92-enseignants-supplementaires-pour-la-rentree-2014